Histoire et patrimoine de Montagrier, chapelle, église

Situé sur un éperon rocheux dominant la Vallée de la Dronne, à une altitude moyenne de 145 m, le bourg de MONTAGRIER est un des plus beaux sites de notre région.
L'arrivée des romains en Gaule donnera naissance à la civilisation gallo-romaine et à la " Pax Romana " qui durera 5 siècles. À cette époque, on trouvera sur le site un oppidum gaulois puis un castrum romain auquel succèdera plus tard un château féodal construit vers le VIIIème siècle, mais aujourd'hui disparu.
Plusieurs familles habitèrent ce château notamment la famille de FOIX de CANDALE apparentée au Roi d'Angleterre - Édouard 1er et au Roi de France - Charles VI, ce qui expliquera l'importance de ce château au XVème et XVIème siècle.
Au XIIème et XIVème siècle, Montagrier possédait des murailles dont il reste aujourd'hui une imposante porte la Porte de WIRIDEL.
850 habitants en l'année 1800 - 440 habitants en 1998 !

chapelle Saint Georges

LA CHAPELLE SAINT GEORGES
Construite à côté des ruines de l'ancienne église,cette chapelle n'a pas un intérêt particulier si ce n'est d'avoir été transformée en salle d'exposition, ce qui la sauve de l'oubli et permet de réaliser d'intéressantes animations.
Les personnes qui désirent exposer gratuitement leurs travaux peuvent prendre contact à la mairie.



chapelle Saint Sicaire

LA CHAPELLE SAINT SICAIRE
Au nord du bourg, est plus ancienne et sa construction pourrait remonter à l'époque du prieuré bénédictin. A noter qu'elle est placée sous le vocable de Saint Sicaire qui est également celui de l'église de Brantôme. En façade, deux sculptures du XIIIème représentent Sainte Ruffine et Saint Georges terrassant le dragon. Ces deux pierres proviennent de l'ancienne église détruite.
Fresques mises à jour en 1998 dans l'abside (essai de reconstitution).

Restauration Chapelle Saint-Sicaire - nov.2007

 
Les travaux subventionnés par
L'Association les Amis du Patrimoine,
Le Conseil Général et l'État
sont maintenant terminés.
Félicitations à tous pour cette belle réussite !
église sainte Madeleine  Coeur de l'église Sainte Madeleine
ÉGLISE SAINTE-MADELEINE
Sise sur la terrasse où fut autrefois le prieuré, probablement détruit par les Normands lors des invasions, a été construite vers le milieu du XIème siècle et remaniée de manière inconsidérée au XIXème siècle. Construite sur un plan tréflé unique en Périgord, elle comporte deux absidioles voûtées en cul de four de part et d'autre du chevet.
Cette partie nous est parvenue intacte depuis le XIIème siècle ; il est probable qu'elle est l'œuvre de compagnons charentais car on peut rapprocher sa construction de celles des églises de Saintonge et de la région de Melle en Poitou. Elle est prolongée par une nef dont les murs ont été remontés au XIXème siècle, mettant à jour des murs plus anciens, certainement du XIIème et doublés grossièrement en petit appareil. Une superbe coupole domine le chœur sur lequel se dresse le clocher carré, d'un deuxième étage avec toit plat à quatre pans.
La couverture en ardoise est une hérésie car l'église primitive était couverte en tuiles romanes. Le porche a été supprimé de même que le auvent, sorte de tambour construit en 1707 et qui avait nécessité le bois de 14 petits chênes.
À l'intérieur de l'église, on peut remarquer :
- Une pierre carrée représentant l'Alpha et l'Oméga (au dessus de l'arc du cœur) retrouvée au cours de restaurations antérieures et attestant la preuve de la christianisation de la région depuis des temps très anciens.
- Une très belle chaire en noyer et chêne sculptée, du XVIème siècle.
- Une plaque en marbre noir apposée sur le côté gauche de l'abside rappelle l'institution d'une rente pour les pauvres.
- Un petit tableau de l'école française du XVIIème représentant "l'adoration des mages".
En 1998, les travaux de restauration des absides et absidioles ont amené la découverte de fresques, probablement du XVème.
L'église possédait 2 cloches, l'une datant de 1609 et l'autre de 1642. Cette dernière pesait 1.100 kgs. Toutes deux furent détruites. Une autre fut refondue avec leurs débris en 1844 ; malheureusement elle se fêla en 1918 après avoir sonné "l'armistice" pendant 3 jours et se brisa en 1944 après avoir sonné pour la "Libération".
La cloche actuelle a été fondue en 1981, pèse 820 kgs, sonne en "fa". Elle s'appelle Marie et a pour parrains les enfants de la commune, le Maire et le Curé de l'époque…

Porte Wiridel       Clocher